Capitaux non réglés / AGIRA
Logo Twitter Logo Facebook Logo LinkedIn Logo Youtube
<

Assurance emprunteur : Comment choisir ?

Tout emprunt personnel ou professionnel nécessite de souscrire une assurance. Depuis les lois Lagarde, Hamon et Bourquin, nous sommes libres de choisir le contrat d’assurance et de le résilier : mais, comment choisir ? Explications.

L’assurance emprunteur a pour objectif de vous protéger, vous et vos proches, en cas de situation entraînant l’incapacité de rembourser votre crédit à la banque. Elle vous garantit en cas de :

Décès et de Perte totale d’autonomie (PTIA) avec le versement du capital restant dû à l’organisme prêteur;

Incapacité temporaire totale de travail (ITT ou arrêt de travail) ; Invalidité Permanente Totale (IPT) : taux d’invalidité supérieur ou égal à à 66% ; Invalidité Permanente Partielle (IPP) : taux d’invalidité inférieur à 66% en prenant en charge les mensualités de votre emprunt.

 

Quels critères pour choisir une assurance emprunteur ?

1. Le montant de la cotisation

Il est à apprécier au regard des niveaux de garanties concernés et tient compte du montant, de la durée du prêt et de l’âge des assurés, mais aussi de 3 éléments importants :

Le risque médical : l’adhésion est soumise à une déclaration de santé (parfois complétée d’examens) couvrant l’état de santé et le mode de vie.

Le risque professionnel : le taux d’invalidité (ou incapacité) est défini selon la combinaison de 2 facteurs :
– Le taux d’invalidité professionnelle apprécié en fonction de la profession exercée par l’assuré au jour du sinistre ou celle qui a été déclarée lors de la souscription d’assurance.
– Le taux d’invalidité fonctionnelle déterminé d’après le barème de droit commun du Concours Médical, en vigueur au jour du sinistre.

Les activités pratiquées. Enfin, selon les assureurs, le montant de la cotisation peut être fixe pendant toute la durée du prêt ou varier en fonction du capital restant dû.

 

2. Les niveaux de garanties et les exclusions

Pour comparer les contrats, intéressez-vous aux garanties couvertes et aux exclusions :
Les sports à risques : sont-ils couverts de base ou avec surprime ?

Les pathologies particulières : les risques spécifiques à votre métier sont-ils pris en compte ?

Les affections dorsales et psychologiques : sont-elles couvertes de base ou en option, avec ou sans conditions d’hospitalisation ?

Les grossesses pathologiques : sous quelles conditions sont-elles couvertes ?

 

3. Le délai de carence

C’est la période débutant à la souscription du contrat pendant laquelle la garantie n’est pas effective. Ce délai, inscrit dans le contrat, varie selon les assureurs.

 

4. La durée de franchise

C’est la période démarrant au début de l’arrêt de travail, à l’issue de laquelle commence la prise en charge des échéances de remboursement. Certains assureurs donnent la possibilité de choisir la durée de cette période en fonction des situations à risques et de votre mode d’exercice, et de l’adapter à votre propre capacité d’auto-financement.

 

5. L’âge de souscription et les termes du contrat

L’âge avançant, il peut s’avérer difficile de trouver une assurance emprunteur à de bonnes conditions. S’il est possible de souscrire au-delà de 60 ans, certaines garanties sont néanmoins limitées dans le temps. Comparez donc les âges limites et termes de garantie, garantie par garantie.

 

6. Le respect de la convention AERAS*

Vérifiez si le contrat respecte la convention AERAS qui a pour objet de permettre à des personnes ayant de graves problèmes de santé (ou en ayant eu) de pouvoir souscrire une assurance et d’accéder à l’emprunt.

*s’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé