Sondages

 

Groupe Pasteur Mutualité réalise régulièrement des enquêtes d’opinion auprès des Français ou des professionnels de santé. Le Groupe souhaite, par ces sondages, informer les professionnels de santé de l'état de l'opinion sur leur secteur d'activité.


Les sondages réalisés en 2013

par ViaVoice/Groupe Pasteur Mutualité

 

Sondage 2015- Sondages 2014Sondages 2012  - Sondages 2011  - Sondages 2010

 


65% des Français considèrent l’obésité comme un problème majeur de santé publique (octobre 2013)  

Aujourd’hui, près d’un Français sur deux présente un poids trop élevé et 15% d’entre eux sont en situation d’obésité. Ces chiffres, en constante augmentation depuis 15 ans, font aujourd’hui de l’obésité une problématique majeure de santé publique.
Les actions d’information, de sensibilisation et de prévention se multiplient.
Ont-elles porté leurs fruits ?
Comment les Français appréhendent-ils cette maladie reconnue par l’OMS ?


Le sondage Groupe Pasteur Mutualité/Viavoice révèle les perceptions et les connaissances des Français face au surpoids et à l’obésité.

 

    • Les Français conscients de l’ampleur du phénomène :  L’un des enseignements de cette enquête est que la majorité des Français (65%) a une forte perception du problème de surpoids et d’obésité.
      75% d’entre eux jugent d’ailleurs qu’il s’agit d’une question de plus en plus préoccupante.

 

    • Les causes de l’obésité identifiées : Parmi les facteurs d’obésité cités, l’alimentation est majoritairement pointée du doigt ainsi qu’un mode de vie sédentaire.
      En outre, les Français semblent conscients des risques engendrés par cette maladie. Ils citent spontanément les accidents cardio-vasculaires et l’hypertension (86%).

 

  • Des risques encore méconnus : Parmi les complications liées à l’obésité, les Français citent spontanément les accidents cardio-vasculaires et l’hypertension (86%). Dans une proportion moindre, le diabète et le cholestérol sont évoqués. Néanmoins, d’autres risques, peu connus du grand public, ne sont pas cités, à l’instar de la dépression et de l’isolement.

 

Echantillon de 1001 personnes, représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogées en ligne du 22 au 25 octobre 2013.

 

>Télécharger le communiqué de presse


>Télécharger les résultats de l'enquête


 

56% des Français voient dans les applications Smartphone un progrès pour la médecine ! (Septembre 2013)  

Les nouvelles technologies occupent une place de plus en plus importante dans notre quotidien. 
Avec l’arrivée massive d’applications à usage médical sur Smartphone, la santé ne déroge pas à la règle et devient de plus en plus mobile et connectée. Ces applications permettent désormais aux professionnels de santé d’effectuer des examens, de poser des diagnostics ou encore de partager à distance des données avec leurs patients.


Que pensent les Français de ces dispositifs innovants ?


Vont-ils modifier durablement la relation médecins-patients ?

Le sondage Groupe Pasteur Mutualité/Viavoice révèle les premières perceptions et les interrogations des Français face à cette nouvelle pratique médicale.

 

    • Des Français déjà convaincus :  La majorité des Français (56%) estime ainsi que les applications médicales sur Smartphone constituent un réel progrès pour la médecine. Ce sentiment s’avère particulièrement partagé par les plus âgés (65% des plus de 65 ans) et par les habitants des zones rurales qui sont 61% à y voir une piste d’amélioration possible pour la médecine.

 

    • Une réponse concrète à la désertification médicale : Pour deux tiers des sondés (66%), les applications sur Smartphone « faciliteront les consultations médicales à distance des Français habitant dans des déserts médicaux. »

 

    • Des outils qui ne modifieront pas dans l’immédiat la relation médecin-patient Considérées comme un outil de suivi, ces applications ne bouleverseraient pas, dans un premiers temps, la relation traditionnelle qu’entretiennent les patients avec leur médecin.

 

  • Des patients de plus en plus acteurs de la gestion de leur propre santé : Le grand public se montre réceptif et enthousiaste vis-à-vis de ces nouvelles applications qui sont perçues comme susceptible de faire progresser la médecine. 57% d’entre eux estiment que le développement de ces applications peut favoriser l’auto-surveillance et l’automédication.

 

Echantillon de 1007 personnes, représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus interrogées les 5 et 6 septembre 2013 par téléphone.

 

>Télécharger le communiqué de presse


>Télécharger les résultats de l'enquête

  


 

La confiance des Français à l’égard des professionnels de santé (mai 2013)  

L’écoute et l’expérience : les deux principaux critères de confiance des Français envers les professionnels de santé

 

Accord sur les dépassements d’honoraires, polémiques autour de la réforme de la santé, débat sur les réseaux de soins, vente de médicaments sur Internet, remise en cause des pilules de 3ème et 4ème générations…., ces derniers mois, le secteur de la santé s’est massivement invité dans les médias. Malgré un contexte difficile parfois anxiogène pour les patients, les Français gardent une forte confiance envers les professionnels de santé, et ce, quelle que soit leur profession.


>Télécharger le communiqué de presse

 

Etude réalisée sur les professions suivantes : médecins généralistes, médecins spécialistes, médecins hospitaliers, pharmaciens, infirmières, masseurs-kinésithérapeutes et chirurgiens-dentistes.

 

La 3ème vague du baromètre Groupe Pasteur Mutualité/Viavoice sur « La confiance des Français à l’égard des professionnels de santé » révèle que :

 

    • Cote de confiance : 93% des Français déclarent faire confiance aux spécialistes (+2% vs 2011) et aux infirmiers (-1% vs 2011). +4%, c’est l’augmentation du taux de confiance enregistré par les médecins généralistes (92%) par rapport au baromètre 2011. Les pharmaciens, également à 92% de confiance, progressent quant à eux de +6%. Les masseurs-kinésithérapeutes et les sages-femmes sont à 81% ; les vétérinaires à 70%.

 

    • Critères de confiance : 59% des Français placent « l’écoute » et 54 % « l’expérience » comme principaux critères.

 

    • Disponibilité : 94% des personnes interrogées considèrent les pharmaciens comme les plus « disponibles et à l’écoute », suivis des infirmiers (87%), des masseurs-kinésithérapeutes (80%) et des médecins généralistes (75%).

 

  • Accès aux soins : les soins dentaires (87%) et la consultation d’un médecin spécialiste (78%) sont jugés trop chers par une majorité de Français. 35% seulement des Français estiment que les médecins spécialistes sont bien répartis sur le territoire, contre 40% pour les médecins généralistes et 48% pour les médecins hospitaliers Le manque le plus cruel se fait sentir chez les infirmiers : 72% des Français estiment qu’ils ne sont pas assez nombreux.


>Télécharger les résultats de l'enquête

 


 

Les Français et la vente de médicaments en ligne (mars 2013)  

80% des Français déclarent craindre la vente en ligne de médicaments contrefaits !

 

Depuis le 1er mars dernier, les pharmacies sont autorisées à vendre en ligne tous les médicaments non soumis à prescription médicale obligatoire, soit plus de 3 500 produits. Si l’Ordre national des Pharmaciens s’est montré défavorable à cette mesure, qu’en pensent les Français ? Quelles sont leurs premières perceptions, leurs craintes et leurs interrogations face à cette nouvelle pratique d’achat ?


>Télécharger le communiqué de presse

 

Le sondage Groupe Pasteur Mutualité/Viavoice sur « La vente de médicaments sur Internet » révèle que :

 

    • 80% des Français considèrent que la vente de médicaments en ligne comporte des risques liés à la vente de contrefaçons.

 

    • 75% d’entre eux estiment que cette mesure représente une menace pour les consommateurs qui seront moins bien informés et conseillés.

 

    • 56% des Français estiment que ce nouveau mode de distribution facilitera l’accès aux médicaments des personnes ayant des difficultés (maladie, handicap, isolement, manque de temps…) à se rendre dans une pharmacie.
    • 57% des Français ne pensent pas en revanche que cela permettra de faire baisser les prix des médicaments.

 

  • 69% des Français voient, dans la vente de médicaments sur le web, une potentielle menace pour les emplois dans le secteur de la pharmacie.


>Télécharger les résultats de l'enquête